vendredi 19 juillet 2019

Le premier maillot jaune


Ah! le cyclisme et la littérature! Beau prétexte, ajouté au fait que, si je lis des livres, je m'intéresse aussi aux journaux et aux magazines, pour fouiner dans les vieilles collections de L'Auto disponibles grâce à Retronews et s'arrêter à la date du 19 juillet 1919..



Belle étape aujourd'hui puisque les coureurs - les rescapés? les survivants? - vont atteindre, en haut du Galibier, l'altitude de 2.658 mètres. Qui le franchira en tête et modifiera-t-il le déroulement de l'épreuve? Réponse bien des heures après le départ qui, on n'est jamais trop prudent, a été donné dès deux heures du matin aux onze coureurs toujours dans l'allure - à des allures diverses, certes, selon les capacités de chacun, les aléas de la compétition et d'éventuelles pénalités (trente minutes pour Duboc lors de la huitième étape).
Aujourd'hui, c'est la onzième étape, modeste en somme puisqu'il y a "seulement" 325 kilomètres à couvrir entre Grenoble et Genève, que les meilleurs devraient mettre un peu moins de 13 heures à franchir. Il ne leur reste plus que 1.500 kilomètres avant d'atteindre Paris en cinq tronçons. Quand on a déjà roulé plus de 4.000 kilomètres, rien d'insurmontable!
Henri Desgrange, rédacteur en chef de L'Auto et organisateur veillant à tous les détails, s'extasie et pique une image surprenante: Barthélemy, à toute vitesse, rattrape un âne qui fuyait, le saisit par la bride et le retient le temps que son propriétaire le récupère. Beau geste, d'une très relative efficacité sur le plan sportif, certes.
Bon, si je m'arrête sur cette journée, c'est bien parce que, comme tout le monde le sait (sauf allergie au cyclisme), elle est celle du premier maillot jaune dans le peloton, remis dans la nuit au premier classé à ce moment de l'épreuve, avant qu'il aille, avec ses compagnons de route et néanmoins concurrents, s'infliger de nouveaux supplices. Ce fut tout simple...



Et voilà comment naît, modestement, une tunique de légende.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire